«Ces eaux de parfum, potion ou antidote, symbolisent l'ombre et la lumière, le jour et la nuit, la sagesse et l'ivresse.
Opposées et inséparables, la Trilogie est leur esprit
Philippe Di Méo

retour
au sacré
-

Le mot parfum vient du latin "par", qui signifie
"à travers" et de "fumus" qui signifie la "fumée".
Car il s'agissait de brûler, encens et résines
lors des cérémonies religieuses. Le parfum joue
alors son premier rôle dans le domaine du sacré,
comme offrande aux dieux avant de se parer plus tard
de vertus envoûtantes dans le but de séduire.
...


culte
de l'objet
-

Renouer avec l'essence du parfum, son capital olfactif
à faire rêver, à purifier, à ensorceler, à fantasmer,
à dessiner un imaginaire dans ses effluves éphémères.
Réinstaller un cérémonial, un rituel parfumé en développant
de nouveaux objets, d'autres gestes.
Créer un flacon d'exception qui fait appel
à un savoir-faire artisanal et précieux.
Un objet mystérieux renfermant,
tel une amphore, le génie du parfum.

C'est de ce souhait que sont nés
les Liquides Imaginaires de Philippe Di Méo.


confessions
olfactives
-

Ces parfums sont comme des énigmes,
ils servent à interpréter des pensées,
des intentions, des aveux.
Ils mémorisent des passages de vie,
des envies, des croyances, des forces et des faiblesses.
Corps volatils qui aident à quitter le monde matériel
pour pénétrer des univers imaginaires, intimes
ou l'esprit s'évapore, explore d'autres champs,
de nouveaux désirs.



×